Second de Cordée

Publié le 25 Novembre 2007

Suite à cette petite discussion sur Camptocamp http://www.camptocamp.org/forums/viewtopic.php?id=22874&p=1  je met en ligne ce petit texte en hommage à tous nos seconds de cordés sans lesquels nous ne ferions pas grand chose en montagne.



Bernard a 18 ans, et 3 ans déjà pratique l’escalade sur le mur du gymnase de son lycée de Beauce, pas exactement l’endroit idéal pour satisfaire ses aspirations montagnardes. Mais pour lui tout va changer maintenant qu’il a été admis à la fac de Chambéry. Enfin il va vivre au milieu de ces montagnes qui le font tant rêver.

 
            Quelques semaines après son inscription au club d’escalade universitaire, on lui propose une sortie en grande voie. Déjà Bernard s’imagine menant sa cordée sur une paroi immense et vertigineuse, le geste sure et l’allure confiante. Malheureusement rien ne se passe jamais comme on le voudrait et c’est dans un style que la morale nous interdit de commenter que Bernard achève sa première ascension en tête. Le topo indique 70 mètres de paroi. 70 mètres !! pour Bernard il s’agirai plutôt de l’espace entre les points ; C’est énervant quand même ces topos qui ne disent jamais ce que l’on voudrait entendre !!!
            Dépité, Bernard rentre chez lui en annonçant sa décision de se retirer définitivement de l’escalade pour se consacrer à sa deuxième passion : les jeux vidéos. Mais même le 18ème niveau de Super Mario Kart ne peuvent arriver à la cheville (ça c’est pour les voies équipées pour le TA on dit quoi ?? à la fissure ?? au piège à friend ???) du moindre bout de rocher, aussi pourri soit il, et au bout de 3 semaines Bernard n’en peut déjà plus, il veut retourner en Montagne. Pourtant il le sait dès qui aura les pieds au dessus du point, la sueur au front, les bras tremblants et les jambes flageolantes il regrettera ses envies…
            C’est ce dilemme terrible qui le hante encore pendant son sommeil quand lui vient la révélation.  Là au milieu des 9 mètres carrés de sa chambre de cité U, sur ce lit si petit que Bernard a renoncé à se trouver une copine car il n’aurai pas su où la mettre, Bernard prend une décision qui va changer sa vie…
 
            Bernard sera Second de Cordée.
 
 C’est lui qui portera le barda trop lourd lorsque son compagnon atteint de flémingite aiguë aura décrété qu’un sac pour deux suffisait. C’est lui qui galérera des heures à enlever des coinceurs sur lesquels sont leader pensais sûrement vacher un éléphant ou une caravane quand il les avait placé. Lui qui se gèlera au relais pendant que son compagnon se fourvoira pour la cinquième fois de la voie, qui se fera pourrir quand il aura oublié de hurler « RESTE CINQ METRES » avant de gueuler « BOUT DE CORDE ». Une fois revenu dans la vallée, il passera bien sur inaperçu pendant que son compagnon décrira avec force déformation et hyperbole ses exploits à la blondinette pulpeuse l’écoutant d’un air distrait dans la salle de pan.
            Mais c’est lui aussi qui sera vaché confortablement au relais à observer son cher leader pester contre ce P***** (traduction BD : cochon – poing - tête de mort - nuage noir) de pas de bloc ou maudire ce « cinglé d’ouvreur » quand ses pieds s’éloigneront de façon trop flagrante à son goût du point. Lui qui tapera la causette avec la jolie rouquine de la cordée suivante qui l’aura rattrapé pendant que son leader se prenait un but magistral dans une longueur manifestement trop dure pour lui. C’est lui enfin qui profitera d’une escalade comme il la conçoit : Hédoniste et sans stress, avec juste le plaisir des mouvements qui s’enchaînent sur le rocher, au milieu de ces montagnes qu’il aime tant

Rédigé par Seb

Publié dans #Recits

Commenter cet article