Les Charognards

Publié le 13 Février 2008

Pour ceux qui ne connaissent pas la Chansons de Renaud "les Charognards" dont vous trouverez les paroles ici: http://www.paroles.net/chanson/12768.1 il vaudrait mieux l'écouter un peu avant car le  rythme du texte est basé sur celui des paroles de la chanson.



Il y a beaucoup de monde
au pied du téléski
il est onze heures et demi
je skie depuis deux heures


dans une station quelconque
dont j'ai oublié le nom
semblable à toutes les autres
que j'ai pu visiter.


je vois la foule entière, penché sur mes bâtons
la meute s'énerve, l'animal prend le dessus.
j'ai une belle démo de consumérisme
avant on appelait ça de la connerie humaine.


‘‘c'est vraiment n'importe quoi
on a payé nos forfaits
on devrait aller se plaindre
pour être remboursés ’’


l'hystérique devant moi, n'a sûrement pas compris
que face à la montagne, l'homme reste un vermisseau.
elle qui crie comme un veau, un chapelet de gros mots
aurait besoin j’vous dis, d'un cours de nivologie.


Moi monsieur j'vous assure, que j'vais tous les ans au ski
dit un mec qui a l'air, plus riche que doué.
Tout ça c'est intolérable, ça d'vrait pas exister
y'a pas de raison qu'on ai, tout ça à supporter.


‘‘c'est vraiment n'importe quoi
on a payé nos forfaits
on devrait aller se plaindre
pour être remboursés’’


Ce jeune skieur d'rando, va s'faire lyncher sûrement
s'il ironise encore sur tous ces beaux propos et explique à ces gens
que les montagnes sont belle, mais tellement différentes
de ces rues de Neuilly, qui constituent leur vie.


‘‘c'est que tu n'as pas payé, ton séjour autant que moi’’
dit madame grosse fourrure, à une jeune étudiante.
‘‘c'est que je n'ai sûrement pas
autant de moyens que vous’’ répond-elle pour finir.


‘‘c'est vraiment n'importe quoi
on a payé nos forfaits
on devrait aller se plaindre
pour être remboursés’’


Et monsieur plein de blé, continue son délire
convaincu que la météo n'est qu'une conspiration
par toutes sortes de démons, pour gâcher sa journée.
j'dois dire qu'à ce moment là, un truc de c'genre m'plairait.



Je n'suis pas un héros, ces gens je peux les éviter
Je ne suis pas à plaindre, j'ai presque de la chance
Quand je pense à mon pote, qui lui est moniteur
et se tape ce genre de crétins, à longueur de journée.


‘‘c'est vraiment n'importe quoi
on a payé nos forfaits
on devrait aller se plaindre
pour être remboursés’’


Il a plus de soixante ans, ce vieil homme dépité
qui regarde atterré, son monde dégénérer
Qu'il ai un forfait ou pas, il s'en fout sa terreur
c'est de voir tous ces comportements, se généraliser.



Il y a beaucoup de monde
au pied du téléski
il est onze heures et demi
la machine est repartie


des dizaines d’enfants repeuplent le versant,
j'espère que devenus grands, il ne seront pas que des clients.
j'espère que devenus grands, il ne seront pas que des clients.






Ce texte est ce qui m'a semblé être la façon la plus approprié d'exprimer mon dégout face à la réaction de certaines personnes il y a quelques semaines dans la station d'Orciere Merlette, face au faible nombre de remontées mécaniques ouvertes du fait des conditions d'avalanches tout à fait défavorables.

Rédigé par Seb

Publié dans #Recits

Commenter cet article